Aller au contenu principal
Estelle Meyer

NIQUER LA FATALITE

Compagnie : La Familia

THEATRE-MUSIQUE 1h15

Distribution

Conception, écriture, interprétation  Estelle Meyer

Mise e, scène et dramaturgie: margaux Eskenazi

Composition musicale Estelle Meyer avec la participation de Grégoire Letouvet et Pierre Demange 

Scénographie James Brandilly

Piano, clavier Grégoire Letouvet

Batterie, percussions Pierre Demange

Régie son et direction technique Thibault Lescure

Création et régie lumière Pauline Guyonnet

Création costumes Colombe Lauriot Prévost 

Production

Production : La Familia CoProduction : l’ECAM - Centre Culturel André Malraux au Kremlin-Bicêtre, le Théâtre Antoine Vitez à Ivry, la Ville de Bagnolet, L’Atmosphère - Espace culturel de Marcoussis, Théâtre des Îlets - Centre Dramatique National de Montluçon, région Auvergne-Rhône-Alpes, les Plateaux Sauvages à Paris. Avec l’accompagnement et le soutien technique du Pavillon - Théâtre de Romainville, Centre culturel Houdremont - Ville de la Courneuve, Châteauvallon-Liberté - scène nationale Toulon, la Maison de la Poésie à Paris.

Résumé

Ce spectacle est le récit initiatique de la construction d’une jeune femme. Moi. Avec en creux la protection et le regard de Gisèle Halimi. En parcourant les grandes étapes de la construction d’un être, ce projet traversera ces questions : - Comment être femme a été transmis par la famille et la société ? - Comment devenir libre de son destin, et échapper à toute prédestination ? - Comment tu niques réellement la fatalité ? Comment rire de la catastrophe ? - Quelles sont les nuits traversées et les ressources conquises sur le chemin pour enfin s’appartenir et réussir à vivre ? - Quels mots et rituels guérissent ? Pour cela, j’utiliserai différents registres : le récit intime, une lettre à mon adolescente, l’adresse directe au public, la chanson, le poème, la construction d’un rituel et le dialogue imagibaire. Le récit suivra toutes les premières fois de la vie d’une petite fille, de sa naissance jusqu’à ses 35 ans : les premiers émois, la découverte des forces intérieures, la révolte face à des traitements différents selon le genre, la punition de la parole amoureuse, les règles, le corps qui se transforme, les mots posés sur la sexualité, la première relation sexuelle, le planning familial, les virées nocturnes, la désobéissance, le viol et les résiliences qui permettent de survivre. Il abordera la façon dont la violence s’est glissée dans la sexualité et toutes les ressources qui ont permis d’ouvrir une possibilité de guérison. Il cherchera à recoller les visages laissés en morceaux tout au long du cheminLa 

Téléchargement

Fichier attaché Taille
Dossier 3.84 Mo
FICHE TECHNIQUE 491.15 Ko

Calendrier

LAVAL (53) -FESTIVAL CHAINON MANQUANT- Quarante - Auditorium : mardi 12 septembre à 17h15

PARIS (75) LES PLATEAUX SAUVAGES : du lundi 18 au vendredi à 20h, samedi 23 septembre à 17h30

13.02.2024 | théâtre des ilets Cdn • Montluçon [03]
14.02.2024 | théâtre des ilets Cdn • Montluçon [03]

08.03.2024 | théâtre berthelot • Montreuil [93] à 20h30
10.03.2024 | le pavillon • Romainville [93] à 18h

15.03.2024|La Ferme de Bel Ebat • Guyancourt [78] à 20h30

19.03.2024 | le rive gauche • Saint Etienne de Rouvray [76] à 20h30
26.03.2024 | l'atmosphère • Marcoussis [91]
28.03.2024 | Le grand R scène nationale• La Roche sur Yon [85] à 20h30
16.04.2024 | scène nationale 64 • Alençon [61] à 20h 

 

2022-2023

IVRY (94) THEATRE ANTOINE VITEZ : vendredi 10, vendredi 17, samedi 18, vendredi 24, samedi 25 à 20h, dimanche 26 mars à 16h

LES LILAS () - THEATRE DU GARDE CHASSE : jeudi 30 mars à 20h30

CLICHY (93) - ESPACE 93 : jeudi 11 mai à 20h30

VIRE (14) - DANS LE CADRE DU FESTIVAL A VIF-LE PREAU-CDN VIRE (La Halle Michel Drucker): samedi 13 mai à 20h30, mardi 16 mai à 10h

BAGNOLET (93) ESPACE CULTUREL LES MALASSIS : mardi 23 mai  

PORDIC (22) - CENTRE CULTUREL DE LA VILLE ROBERT : samedi 3 juin à 20h30

AVIGNON-DANS LE CADRE DU FESTIVAL A CONTRE COURANT: jeudi 20 juillet à 22h

 

 

 

                                                     

Galerie photos et vidéos

La presse en parle

« Estelle Meyer donne naissance à son nouveau spectacle, Niquer la fatalité. Et tricote le récit de sa vie, de fille à femme, avec les convictions et luttes de Gisèle Halimi. Un échange fantasmatique qui déploie ses ailes en musique en une cérémonie libératrice. (…) Elle irradie. Présence lumineuse, voix rocailleuse, corps ancré, Estelle Meyer est une interprète complète qui sert la langue avec une dévotion amoureuse et chante magistralement. (…) Un pas est franchi, immense et affirmé. Un pas de géante. Niquer la fatalité déploie les ailes d’une artiste qui s’exprime triplement, par le texte, par le chant, par la scène et franchit ici un cap notoire dans son sujet. En puisant dans sa rencontre post mortem avec Gisèle Halimi,(…) Estelle Meyer se livre plus que jamais, elle coud sa vie sur les combats de Gisèle Halimi, tantôt l’incarne tantôt lui parle, jusqu’à ce qu’elles se confondent, jusqu’à ce que nos histoires à nous, spectatrices, se confondent elles aussi avec la sienne au gré des résonances, des similitudes, d’une solidarité qui s’empathise en sororité. Estelle Meyer a cette faculté impressionnante de faire de la représentation une offrande et une cérémonie où chacun et chacune a sa place, elle ne prend pas en otage, elle invite.(…) En état de grâce, elle piétine le sort pour mieux manger la vie. Vaillante et victorieuse ». 

Ce spectacle - manifeste est une ode à la vie, chantée, dansée et commentée par l’artiste avec l’aide de deux talentueux musiciens en symbiose. Son chant d’amour et de sensualité est toujours admirablement performé grâce à cette voix qu’elle a si ronde. La violence vécue à l’âge adolescent creuse une faille inattendue dans ce récit d’abord si confiant, mené toujours avec humour et le désir surtout, ne jamais lâcher l’auditoire même à un rituel expiatoire. Pour dit-elle, « niquer la fatalité » des assignations…Et trouver avec les hommes le moyen d’une « paix profonde ». Sa performance ultime et splendide en derviche tourneuse- un rêve d’enfant enfin accompli- semble en ouvrir la voie. 

Emmanuelle Bouchez dans TELERAMA

Dirigée au cordeau par Margaux Eskenazi, Estelle Meyer manie les mots aussi bien que la musique omniprésente ici. Elle chante (impeccablement) ses propres chansons, flanquée

 d’un pianiste et d’un batteur. Tout chez elle captive : sa présence, son naturel, sa puissance poétique. La fin du spectacle est une sorte de rituel chamanique au rythme du tambour. Voilà l’actrice tournoyant comme un derviche. Ça tourne Rond !

LE CANARD ENCHAINE

"Niquer la fatalité" est une incarnation délurée, enthousiaste, énergique, vraiment rock'n'roll de la cause des femmes, passée et à venir, par une artiste exceptionnelle, capable de tout, abordant tous les sujets la touchant, du sexe à la philosophie en passant par une forme d'incandescente spiritualité. Un parti pris libre, indépendant, hors normes et hors des cadres habituels du théâtre, pour trouver une nouvelle liberté, féminine, sans contrainte, pour exprimer la conviction profonde d'une artiste et femme jusqu'au bout des tréfonds de l'âme et des sensibilités du corps."

Qui suis-je ?

Séverine-Diffusion répond à une passion : diffuser des spectacles ayant pour vocation de  raconter des histoires, nos histoires.

La démarche de Séverine-Diffusion respecte les principes que j'ai mis en oeuvre au sein d'Acte Un (association de spectateurs crée en 1993 jusqu'en 2016) transmettre ma passion, une curiosité et un enthousiasme sans failles pour le théâtre.

  • 4, rue des Apennins - 75017 Paris
  • severine@acteun.com
  • 01 40 53 92 41
Newsletter
Abonnez-vous à notre lettre d'information